Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Katie, à l'Ombre des Mots Songeurs

Poésie entre vie, couleurs et lumières, entre mes ratures et mes baz'Arts

I'm à la dérive

Publié le 24 Septembre 2016 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans Le fil des jours, ma muse

 I’m à la dérive

Trop de mots ou pas assez
gueule béante me grisent 
et moi statue de sel vive
haletante ma vie frémissant 
de guerre lasse et troublante
bouffe mes jours 
oubliant qui je suis 
pendant qu'une houle en douce
sans faire de vague 
sans faire de bruit
assomme le clair de mes nuits 
et griffe en catimini
mes heures de non insomnie

 

 

 

I'm à la dérive
commentaires

Tous les cris les S.O.S.

Publié le 18 Septembre 2016 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans mes coups de coeur

Zaz chante Balavoine

commentaires

Sia & Maddie Ziegler : The Greatest

Publié le 12 Septembre 2016 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans mes coups de coeur

D'accord, Sia chante et j'aime,

mais regarder Maddie Ziegler danser, c'est plonger au coeur de la plus pure émotion...

 

Elle n'a pas encore 14 ans et déjà un talent immense.

commentaires

Rendez-vous au Nirvana

Publié le 11 Septembre 2016 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans Poèmes, etc...

         Rendez-vous au Nirvana

(essai de nouvelle.. )

Le récit que Cheng a donné de son voyage dans les sphères étranges, le prototype qu’il a dirigé de mains de maître avec des sensations hors du commun : tout concourt chez moi à une exaltation qui va crescendo. Ma décision de partir à mon tour est prise, la peur ultime, les frissons, viendront plus tard.

 

 

     Même si je ne me l’explique pas clairement, je crois savoir pourquoi j’ai fait cette incroyable proposition à Melvin après avoir lu son fantastique Huǒlóng. Depuis longtemps je rêve d’un ailleurs inéluctable. Le fait est qu’il a tenu sa promesse, j’embarque le treize du mois prochain. Destination : Nirvana home, en terres inconnues, avec pour mission officielle, un compte-rendu le plus terre-à-terre possible des instants précédant le lancement.

 

     Quarante-trois jours exactement pour me préparer à tourner une page magistrale de mon existence, le non-retour étant une hypothèse hautement envisagée. La Commission qui préside l’expérience ne me l’a pas caché à la signature du contrat, elle ne peut garantir mon rapatriement sur Terre une fois que ma propre volonté sera à la gouverne de l’engin intersidéral. C’est également ainsi que j’envisage le risque.

 

-

 

     J-42 – Je ne réalise pas encore que dans un mois et demi à peine je prends en mains les rênes de ma destinée pour tenter d’appréhender un libre espace possible qui m’attend peut-être quelque part loin d’ici. Dans un mois et quelques broutilles je m’en vais caresser les étoiles lointaines, les mêmes qui, aux heures de Lune gironde, illuminent mes rêves les plus fous, les plus doux, celles façonnées par la nuit des temps et dont personne ne connaît tout à fait les véritables visages, et cela paraît si facile.

 

     J-41 au J-4 inclus - Les jours et leurs nuits ont défilé interminables, percutés de doutes et d’espoirs fous, d’angoisse, d’impatience et de craintes débiles que seul le temps en excédent rendait presque insurmontables. C’est ainsi que le trente-septième jour de cette infernale attente, j’ai été sur le point de renoncer à l’envol, ayant trop de mal parfois à imaginer ne plus revoir le monde que je m’apprête à quitter. Ce monde où je ne me suis pourtant jamais vraiment sentie à ma place, fuyant toujours droit devant le bonheur par peur qu’il ne me reprenne dans ses douteux filets.

 

-

 

N.B. : il faudrait insister auprès de l’autorité compétente, trois jours largement suffisent à la préparation pour qui a décidé de se lancer dans l’aventure sans rechigner.

 

-

 

     J-3 – Précipitée par l’urgence qui se précise, la journée entière est indispensable pour réaliser le véritable chambardement qui s’est mis en branle dès le déclenchement du chronomètre. Au début, j’ai pris soin de noter avec minutie un par un mes ressentis. J’ai vite compris l’absurdité d’un tel comportement et abandonné aussitôt le crayon et la feuille blanche, me contentant de l’essentiel : respirer profondément jusqu’au vertige, m’efforçant d’oublier jusqu’à mon nom et la lignée entière de mes aïeux.

 

     J-2 – Le jour des adieux au bas-monde est à proscrire sans façon. Les lamentations, les jérémiades languissantes qui s’éternisent sont plus nocives que réellement utiles. Elles sapent le courage et suavement érodent les résolutions les plus tenaces. Il faut oser trancher dans le vif du geste une fois la décision prise. L’effet surprise restera toujours le meilleur anesthésiant pour supporter, de part et d’autre, l’indicible douleur de la séparation, de l’acceptation.

 

     J-1 – C’est le jour clé, le jour du répit avant le grand saut dans le néant, le jour du grand lavage de cerveau. Il est plus que nécessaire pour faire le vide dans l’esprit et éteindre à jamais l’incendie ravageur du silence. Ainsi la réceptivité atteint son top niveau, fin prête pour aller au devant de l’inconnu. Le regard, devenu limpide et serein résolument tourné vers demain, n’est plus tourmenté par la horde des regrets malsains qui finiront, c’est inéluctable, par se déliter dans la marge de l’histoire.

 

     Jour J – Ce jour va durer mon éternité et à l’heure où j’enregistre ces derniers mots, les hauts-parleurs se sont tus. Je prends soudain conscience que la tour de contrôle a terminé ma mise à feu.

 

-

 

     Après avoir flotté un laps de temps indéterminé au-dessus d’un monde à peine abandonné, dans un état d’apesanteur incomparable, je ne suis pas en mesure d’estimer la longueur du tunnel qui s’ouvre devant moi, ni dire si une lumière blanche et aveuglante le traverse en m’appelant irrésistiblement de ses mille voies fraternelles, mais une chose est certaine, je suis prête à payer de ma vie pour ne plus jamais sentir l’haleine fétide de la peur m’engluer à chaque instant dans sa toile.

 

     Une paix étrange m’envahit en même temps que la sensation divine de glisser hors ma peau faisant corps avec l’infini…

 

     Allo, la Terre, ici le Nirvana en approche, vous me recevez ?

 

 

Rendez-vous au Nirvana
commentaires

Dilettante

Publié le 9 Septembre 2016 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans Le fil des jours, ma muse

Dilettante

 

Assise entre deux ou trois soupirs
écroulée fatalement derrière mes carreaux
sur mon petit lopin de folles chimères
bras gourds tendus au vertige
j’ai le souffle à l’étroit dans mon ghetto
et je guette
dans ma nuit apeurée
voulant valser libre sous la lune
un puis deux pas cool dans son halo
comme la promesse d’une brise légère
d'un jour fabuleux dansant dans les rideaux

 

 

Dilettante
commentaires

Rythm'ose

Publié le 2 Septembre 2016 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans Le fil des jours, ma muse

Rythm’ose

 

De guingois sur la ligne lasse de l’horizon
s’agglutine le soir venu le noir de mes nues
le sombre qui encombre mes choses
né du morose de ma trame
nausée d’un jour nouveau qui ose
diluer sa pluie de rose en fond d’émois
sur moi triste frôlant l’overdose

 

Rythm'ose
commentaires