Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Katie, à l'Ombre des Mots Songeurs

Poésie entre vie, couleurs et lumières, entre mes ratures et mes baz'Arts

Il danse la gigue les yeux ouverts

Publié le 28 Février 2020 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans Le fil des jours, ma muse

 

 

   Il danse la gigue les yeux ouverts

 

 

Une histoire à la dérive qui passait par là...

 

 

Il habite en haut d’une tour, très haut perché, ultime étage.

 

Le jour, il dort, mais dès la nuit tombée, dès que le bleu soigne son apothéose, il s’émerveille, s’habille de frissons et se met à respirer. Il ne sait pas s'y prendre, l’air, par goulées entières, l’étouffe avidement.

 

Il court, il vole, ses jambes à son cou, tant il a peur de voir s’enfuir l’ombre de son ombre.

 

Il tient à la vie désespérément accroché au fil des songes éclaboussés de merveilles.

 

Sa chair est d'ouate légère, ses os d’argile. Sa peau, douce à l’échancrure, se teinte de mauve fragile sous les regards en déchirure. Ses cils baissés sur le duvet de ses joues tremblent sous les coups des menaces qui ourdissent le monde.

 

Il entend les trémolos étranges de rites anciens balbutiant en sourdine et reconnaît le chuchotis des arbres malheureux dans les rafales tourmentées du vent.

 

Les nuits de lune ronde, il l’encercle de ses bras pour la bercer comme on berce le monde. Mais le monde l’ignore, lui, plus léger qu’un fétu égaré. Alors parfois, les jours grandioses, il accroche ses larmes à ses rires et s’en va guilleret soudoyer le néant.

 

De ses pensées malhabiles il tente de consoler les torts brisés en-dedans. Il se blesse parfois aux éclats indécents, et ses gouttes de sang teinté rouge violent barbouillent le macadam dur comme un cœur de pierre.

 

Au loin, quand l’orage gronde, jamais il ne sait d’où il vient, mais il sait qu’il est là, ruminant mauvais derrière sa fenêtre, prêt à disperser la paix qui ronronne et palpite.

 

S'agitent alors des lambeaux de mémoire oubliée.

 

Il se dit que le ciel est étrange. Parfois chants de guerres et de gloire, parfois champs de roses à barbouiller l’indifférence.

 

Lorsque son cœur se remet à battre la chamade piano piano, dans un sanglot qui l'étouffe encore il se prend à rêver d’éternité...

 

commentaires

Une virée au pays du printemps

Publié le 24 Février 2020 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans Le fil des jours, ma muse

 

 

 

 

 

 

 

 

- le soir venu, tous les oiseaux rentrent au bercail -

commentaires

Incandescence

Publié le 23 Février 2020 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans Le fil des jours, ma muse

 

   Incandescence

 

 

Dans le silence d'apothéose

d'un déhanché de crépuscule

mon horizon en pagaille s'enflamme

 

Le regard à genoux

mon cœur à la dérive chaloupe et défaille...

 

 

commentaires

A hauteur de silence

Publié le 19 Février 2020 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans Le fil des jours, ma muse

 

à l'écoute : Camille Berthollet « Le thème de La liste de Schindler »

 

   A hauteur de silence

 

 

Dans la caresse bout de cils d'un soleil couchant

l'oiseau et son ombre là-haut dans le ciel

sous le souffle béant de mon regard

folles arabesques en vrille

glissent et s'effacent au bord du néant

 

Vertige vertical et tumulte au creux de mon sein

un duvet doux volé au vent vient de hisser sa voile

 

commentaires

Dans la marge, à l'abri...

Publié le 16 Février 2020 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans Le fil des jours, ma muse

 

À l'écoute : Beethoven "Pathétique" par Daniel Barenboim

 

   Dans la marge, à l'abri...

 

 

Puisque sans cesse tempête l'envers de la vie

tribut fatidique comme un mauvais sort à payer

que l'hallali au bout du moi inexorable raisonne...

 

Je m'invente un soleil affable

un chemin d'étoiles abordables

un firmament apaisant le chagrin

et en talisman je porte autour du cou

un illimité de douceur et de tendresse

à offrir ad libitum...

 

 

commentaires

Les oiseaux du jour dans mon jardin

Publié le 12 Février 2020 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans instantanés

- Madame merle et les gouttes de rosée -

- la mésange bleue à l'heure du repas parmi les lichens -

- et ses petites cousines, les mésanges charbonnières sur l'arbre perchées -

 - un rouge gorge affairé à chercher sa pitance -

 - L'oiseau bleu de passage, autrement dit le geai des chênes. J'admire ses longues, très longues griffes et je reste dubitative... -

- La palombe (nom du pigeon ramier dans le sud-ouest) - 

 - Un petit inconnu duvet tendre au vent -

- et un chasseur qui repartira bredouille tant que je reste aux aguets...  -

 

commentaires

La part manquante d'une fée

Publié le 11 Février 2020 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans Le fil des jours, ma muse

 

 

   La part manquante d'une fée

 

 

Pour m'échapper je n'ai qu'une elle

l'autre tourne en boucle

dans mon palais mortel

tombeau sublime

ô Taj Mahal de mes pensées !

 

J'ai souvenir d'une fée tête en l'air

sur mon berceau penchée

rêveuse assise en bord de lune

sur une balançoire noyée d'ombre

qu'une étoile facétieuse poussait

 

Dans le bruit du va-et-vient lancinant

se perdait son visage et son nom...

 

Fée stupide où es-tu ?

Une question m'obsède...

 

Dans les éclats d'un rire innocent

tu m'as transformée en colossal imbroglio

mi-poète pendue à mes heures érodées

mi-raison où le rêve fou se déprave

 

Reviens unifier mon âme

échaudée vive sur ma chaise voûtée

tu m'as laissé un goût d'encore inassouvi

une blessure d'épines mal ajustées

des ébauches d'idées sans patience

et l'envie de connaître ta face cachée

 

J'ai mille fois fait le tour de l'encrier

mille fois je me suis vautrée

pacotille dans un lit de plumes molles

par peur de m'envoler...

 

commentaires

Mots en mitaines

Publié le 7 Février 2020 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans Le fil des jours, ma muse

 

   Mots en mitaines

 

 

Par le blues ravie

le jour je m'évanouis

la nuit je dors pour oublier...

 

Février d'effroi vide mes mots

vide ses poches...

 

Petit matin blême

tes dents glacées sur ma peau

par en bas par en haut

de mes rêves lézardés

déchirent le soleil

 

 

 

commentaires

Le printemps en avance

Publié le 3 Février 2020 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans instantanés

Venez vite faire un tour chez moi, le printemps a pris de l'avance ! 

Cela tombe au poil pour mon appareil photo. Il commençait à avoir le zoom qui le démange...

Allez, zoom bala zoom, bala zoom, dam dam !...

 

- Les premiers crocus servent de repas aux insectes affamés de fraîcheur -

- d'autres crocus plus chanceux -

- Premières anémones timides -

- Les premiers boutons du cognassier du Japon qui confond Mars et Février -

- Un petit espion roux aux prunelles couleur d'herbe se prélasse au pied du tilleul, où le soleil est tellement bon qu'il s'en fout royalement d'être vu -

commentaires