Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Katie, à l'Ombre des Mots Songeurs

Poésie entre vie, couleurs et lumières, entre mes ratures et mes baz'Arts

Mes nuits bad trip

Publié le 5 Décembre 2014 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans Poèmes, etc...

 

 

 

 

 poète

 

 

 

Je suis une oubliée dans ce monde où Dieu vomit les tièdes.

Bousculer le sort, j’ose pas !

A qui la faute ?

 

 

 

Enjoy The day

 

 

 

 

Maquillées à double-tour 

mes nuits bad trip ourlées d'orage 

d'un vertige fardent le bord des yeux

 

J'ai le noir lourd

des chaînes aux songes 

mes murs fantômes

de larmes perdues 

griffes aux doigts

 

Cache d'os rouillés

tremblante sur bloc de pierre

pieds ronds en dedans


Affamée de caresses

les bras au corps ballant

je fais le tour du mystère

et de ma lame fière

j'égorge mon sang

 

 

 

 

 

 

commentaires

So sad...

Publié le 4 Décembre 2014 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans Poèmes, etc...

 

 

 

 Brousse en fleurs

 

 

Salle des pas perdus

tant de rêves se paument

voix étouffées

miettes de moi

   

sad, so sad...

 

Salut mon cœur compagnon

vibrant dans ta cage déboussolé 

tu tutoies la peine et la joie te laisse

larmes et sang mêlés

 

 

  Une rose

 

 

 

 

 

 

 

 

commentaires

L'envie de Vivre pour le meilleur

Publié le 3 Décembre 2014 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans mes coups de coeur

 

 

 

 

 

commentaires

L'histoire de Rature Rainbow : épisode 5

Publié le 30 Novembre 2014 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans L'histoire de Rature Rainbow

 

 

 

l'age de raison-copie-1

 

 

Episode 5  : l'âge de raison


Sept ans, c’est l’âge de raison. Tu parles ! C’est surtout celui où tu commences à savoir ce qu’est la peur. C’est l’âge où tu deviens imbécile. L'âge où tout ce que tu as tricoté depuis ta naissance s'amalgame autour de ce que tu as cru comprendre des choses qui t'entourent. Pour peu que ton coeur soit trop chamallow, t'es foutu d'avance. 

La peur faut pas chercher à la maîtriser. Faut la prendre,  la regarder en face, bien droit dans les yeux, la mâcher, la tourner en bouche sept fois, écouter tout ce qu'elle a à dire, puis enfin, l'envoyer bouler gentiment sous le tapis et te servir de ses leçons. 

Moi, à sept ans, c'est tout le contraire que j'ai fait. Je l'ai laissé s'infiltrer par tous les pores de ma raison. Elle a brouillé mes images et leur a donné le même goût insipide, celui du retranchement dans des coins où y avait pas grand chose à dire, très mal éclairés.

Faut être idiote de se retirer toute seule de la vie. A moins de chercher une excuse en béton pour ne pas participer au méli-mélo sentimental qui agite la planète.

 

...

 (à suivre) 

 


commentaires

L'histoire de Rature Rainbow : épisode 4

Publié le 29 Novembre 2014 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans L'histoire de Rature Rainbow

 

 

ciel voilé rosé

 

Episode 4 : mon nom, c'est Rainbow


J'ai toujours aimé mon nom. Oh, pas pour le jeu de mots à la con avec mon prénom, non ! Y avait que ma mère pour penser à des trucs aussi débiles. C'était sa façon à elle de faire de la poésie.

J'aime mon nom parce qu'en le disant tout bas les jours de pluie, je finis toujours par faire miroiter les couleurs de l'arc-en-ciel au-dessus de ma tête. 

L'arc-en-ciel, c'est une histoire ancienne que papa m'a racontée lorsque j'avais cinq ans et qu'un bébé était entrain de se la couler douce dans le gros ventre de maman. 

En attendant son arrivée en fanfare pour savoir s'il était garçon ou fille, j'ai décidé qu'il fallait que les choses soient bien faites. Nous étions déjà deux filles et un garçon à la maison. Il faudrait donc que le bébé à venir soit un garçon. S'il était une petite fille, alors je voulais bien me dévouer pour devenir garçon et ainsi équilibrer l'ensemble. Mais s'il était petit garçon, ils ne m'entendraient plus jamais demander l'impossible. 

Je rêvais d'être garçon depuis toujours. Pourquoi ? Mystère et boule de gomme, mais je me souviens très bien de la ferveur intense avec laquelle je suppliais le ciel de m'entendre. Comme si ma vie en dépendait.

Cela avait dû les inquiéter autour de moi, de voir le sérieux que prenait l'évènement. C'est pourquoi, un jour d'après l'orage, lorsque se dessina dans le ciel un magnifique arc irisé à faire pousser des oh et des ah d'émerveillement à tous ceux qui trouvaient la vie si belle, mon père me raconta cette histoire.

Ce jour-là il me demanda de bien regarder l'arc de couleurs dans le ciel bleu propre. Tu vois comme il est magnifique ? Eh bien, il existe un secret, pour une petite fille qui veut devenir petit garçon. Elle doit monter là-haut, tout là-haut pour faire pipi debout. C'est ainsi que le zizi tant espéré poussera. Mais il faudra que tu sois courageuse, car je ne peux pas t'accompagner, tu dois monter toute seule si tu veux gagner le paradis. 

Mais t'as vu comment il est haut, Papa ? C'est pas possible de monter si haut, comment on fait pour y aller ? T'inquiète pas ma fille, il suffit d'avoir envie, une belle et forte envie, et tu verras une échelle se déplier exprès pour toi, tu n'auras qu'à tendre les bras et t'accrocher très fort. 

C'était très impressionnant de m'imaginer grimper seule au ciel, mais j'étais prête à faire bien pire pour parvenir à mes fins. 

Quelques semaines plus tard naissait mon petit frère. J'ai tenu ma promesse, plus jamais je n'ai parlé de changer la face du monde, mais j'ai gardé mon rêve, bien enfoui au fond de moi. 

C'est ainsi que le mystère restera entier, jusqu'à la prochaine échelle... 

 

 

...

(à suivre)

 

 


commentaires

L'histoire de Rature Rainbow : épisode 3

Publié le 28 Novembre 2014 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans L'histoire de Rature Rainbow

roses-dans-tous-leurs-états

 

 

Episode 3 : les roses


Soi disant que les filles c’est toujours dans les roses qu’elles atterrissent.

La plus petite des roses, c’est un monde parfait en mignature. Tout y est. La beauté, la grâce, la couleur, le parfum, la naissance, les épines, la mort...

 Au début, je savais pas que je les aimais autant les roses. Ma mère, elle avait que des géraniums sur tous ses balcons.

 

 

...

(à suivre)

 

 


 


commentaires

L'histoire de Rature Rainbow : épisode 2

Publié le 27 Novembre 2014 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans L'histoire de Rature Rainbow

 

   roses-jaunes-1-copie-1.JPG

 

 

 

Episode 2  : l'armure en fer-blanc


Les premières années de ma vie sont passées à la vitesse d’une fermeture éclair qu’on zippe d’un geste tendre et harmonieux. Il y eut, bien sûr, importante par-dessus tout, la première déchirure. Du moins la première gardée en mémoire vive : l’épisode douloureux de la mise en exclusion, lorsque nous fûmes boutés dehors par des urgences de grands.

Pas vraiment des souvenirs, mais plutôt de ces empreintes indélébiles dont l’âme garde une sensibilité extrême et des dégoûts définitifs pour certaines choses de la vie.

Par exemple, il fallut apprendre une nouvelle façon de prononcer les mots. Les accents se mirent à jouer aux chaises musicales, et certains gardèrent leurs trémolos.

C’est à ce moment-là que, tout doucement, sans vraiment m’en apercevoir, j’ai commencé à forger mon armure en fer-blanc.

Dans un premier temps, cela consiste purement et simplement à détester les gares, surtout les grises qui sentent mauvais et où le vacarme est étourdissant.

Mais détester, c’est comme tourner un couteau bien aiguisé dans la douleur, ça l'excite. 

Alors j’ai choisi l’oubli.

Sauf que l’oubli ça n’existe pas, il se grave quelque part, pour toujours.

 

 

 

...

(à suivre)

 

 

 

 


 

 


commentaires

L'histoire de Rature Rainbow

Publié le 26 Novembre 2014 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans L'histoire de Rature Rainbow

rose-copie-1

 

 

Episode 1 : l'origine  

 

Je m’appelle Rature Rainbow. C’est ma mère qui a insisté. Mon père, lui, a bien émis quelques réticences : Rature ? Voyons, c'est pas sérieux ? Ma mère a tenu bon. Avec l’instinct qui est souvent l’apanage d’une mère, elle devait sentir dans son for intérieur ce qu’allait être ma vie. Une surcharge, une énorme biffure, une monumentale erreur en perpétuelle correction.

Rainbow, c’est mon nom de famille. Une chance qui vous tombe dessus sans qu’on la cherche vraiment.

C’est ainsi attifée que j’ai débarquée dans les roses.

Longtemps j’ai gardé, comme arme fatale, un sourire d’illuminée. Il rendait mes yeux clairs du dedans. Mais moi, idiote, je me rendais compte de rien. 

...

 

(à suivre)

 

 

 

 

 


commentaires

Les moutons

Publié le 25 Novembre 2014 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans Le fil des jours, ma muse

  Brousse.jpeg

 

Aux dates assises, je préfère les cadeaux du ciel et j'attends toujours que le Père Noël se pointe au détour d'un mois d'été, en caleçon rigolo et rasé du jour

 

Je ne grandirai donc jamais ! 

 

On dit que l'espoir fait vivre. 

 

Oui, peut-être, mais à force, ça use. 

 

J'attends du monde, qu'il me surprenne.

Mais je crois, que je peux toujours attendre ! 


Chacun est là, planqué bien au chaud dans ses habitudes. Surtout ne pas faire de vague et encore moins d'effort. On ne sait jamais, la vie pourrait commencer à devenir trop passionnante !

 

 

Un troupeau sur ocre rouge

 

commentaires

Paint it black

Publié le 24 Novembre 2014 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans instantanés

Paint it black

Paint it black

 

en bleu, par exemple

en touches légères emportées par le vent

les orages de plomb

le bruit des mitrailles

les flaques de sang

la folie des hommes

commentaires
<< < 10 20 30 40 50 60 70 71 72 73 74 75 > >>