Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Katie, à l'Ombre des Mots Songeurs

Poésie entre vie, couleurs et lumières, entre mes ratures et mes baz'Arts

le fil des jours, ma muse

Le ''je'' d'été

Publié le 29 Août 2021 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans Le fil des jours, ma muse

 

    Le ''je'' d'été

 

 

La danse des arabesques sur l'opaline de la nuit à bras le cœur m'entraîne...

 

 

Pour apprendre à vivre en oubliant l'infini où l'on se perd, il faut s'amuser à deviner quels sont les messages transmis sur les feuilles blanches, puis faire des bateaux en papier avec les mensonges que l'on nous a donnés.

 

C'est dans le souvenir de la lumière disparue que s'étoilent les ombres.

 

Tout est absurde, et c'est rêver qui l'est le moins.

 

Les choses n'ont de valeur que par l'interprétation que l'on en donne...

 

 

Dans sa cage trop petite, mal barré le cœur étouffe à l'orée du grand large.

En-dessous, sur sa droite, presse l'angoisse.

La bouche-carpe, dans une horrible mutité, bât des ailes en cherchant l'air.

 

Tout n'est que misère et chaos dans ma tête.

 

 

commentaires

Bousillées mes godasses

Publié le 2 Juillet 2021 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans Le fil des jours, ma muse

 

    Bousillées mes godasses

 

 

De mille façons mes cieux se barbouillent

le sale air de la vie me coûte un max

lorsque froissée sous le soleil je déambule 

midinette d'eau pâle mitigée de chagrin

 

Des quatre coins du globe résonne le glas

crimes par ici fratricides par là

tout n'est que sang et violence qui dégoulinent

fatras épouvantable à ma conscience médusée

 

Allô maman bobo !

En farfouilles inopinées dans les secrets de famille

je trouve sans cesse du laid du pas beau

sans cesse sur l'espérance je dégobille

 

Révulsée par avance je devine le fond

poings serrés bras à demi baissés je pleure et je rage

rongée par la peur de mieux encore sombrer

en écumant à outrance la lie merdeuse de l'humanité

 

commentaires

Du bord d'un lac

Publié le 29 Juin 2021 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans Le fil des jours, ma muse

 

    Du bord d'un lac

 

 

Dans l'eau d'un lac dort la nuit

jusqu'à l'heure du miroir

et la danse des étoiles

 

Leurs reflets moirés

sur les flots où s'éveille le soir

captivent les rêves

 

Les paupières alourdies sombrent

délestées de mémoire

éblouies au fond noir de l'onde

 

commentaires

Le prix du choix

Publié le 27 Juin 2021 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans Le fil des jours, ma muse

 

    Le prix du choix

 

Dieu d'une main, femme de l'autre...

La mort pendant à toute vie

 

 

Elle a tué ses anges

petite écervelée

un puis deux

puis trois

pas trébuchés

 

Antiques méfaits ensevelis

sous les apparats grimée

elle soupire pour que le bonheur chante

mais comment le faire chanter

mortifiée de remords

bourrelée de regrets ?

 

Elle va prier ses anges

lenteur massive et repentie

un puis deux

puis trois

pour elle

petits bras tendus au paradis

 

commentaires

Émancipée de peu

Publié le 23 Juin 2021 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans Le fil des jours, ma muse

 

    Émancipée de peu

 

 

Hommes, combien parfois je vous haine...

 

 

De l'extra je suis l'introvertie

lorsque bringuebalée d'une épine à la rose je gamberge

chiffonnée de la rose à l'ortie

 

Outre des dires et des regards coulissants

dans un cahin-caha blessé de pacotilles

dégoupillée telle passe-muraille amabile à la botte des marchands

mon fil au chas mal suspendu je gambille

 

Fi du monde de bêtes à l'empoigne !

Dans le guet-apens des joies démesurées

où le superflu rime trop souvent avec lèse-majesté

quand une overdose de mots bousille ma voix

seul roi le silence aguerrit ma peine

 

 

 

commentaires

Debout dans l'aube

Publié le 23 Juin 2021 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans Le fil des jours, ma muse

 

    Debout dans l'aube

 

La vie sur ma peau aime

à frissonner des choses simples...

 

 

Rai de lumière d'or des plumes

dans le rapt du premier soleil

le vol d'un oiseau à fleur d'herbe

vacille le regard au ras des cils

 

Délité dans l'eau des larmes

un sommeil ensablé de nuit

frotté à petits poings serrés

d'un pas léger s'en va

commentaires

Un ange passe

Publié le 20 Juin 2021 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans Le fil des jours, ma muse

 

    Un ange passe

 

Sur une plage grisée de songes

en douce mangé par l'horizon

un rêve bleu longe ma nuit

 

Mignarde un brin gironde

là où ma joie aux abois gronde

l'âme enivrée s'épanche

et sous mes doigts ronge l'ennui

 

 

commentaires

Chabada bada...

Publié le 1 Juin 2021 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans Le fil des jours, ma muse

 

    Chabada bada...

 

Statu quo d'un cœur en écharpe sur les bords escarpés du drame

 

Sourire presque parfait et morne prunelle

à l'hypothermie des sentiments

un rictus épinglé de connivence

se fige aux quatre coins de ma ronde

 

L’œil paupérisé soudain devenu sourd

interdit l'accès aux malheurs du monde

qui tambourinent sur mes nuits de jade

initiant mon idiome à l'âpre langue des hommes

 

 

 

commentaires

Un léger bonheur

Publié le 23 Mai 2021 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans Le fil des jours, ma muse

 

    Un léger bonheur

 

Dans un crépuscule frangé d'horizon dense

dansaient les sylphides leurs longs cils recourbés

 

Le regard évaporé sur les contours lisses du jour qui fuyait

laissait filer leurs bras filaments éthérés nés des nuages

se dilapider dans les entrelacs d'une valse lente

 

La gorge déployée offerte au zénith baigné d'or

le bleu vif du firmament mis en sourdine riait

ses éclats par millier éclaboussant l'enfant endormie

roulée boulée dans le parfum du bigaradier

 

La mémoire floue et tenace épousant la nuit

sur les rêves en pente doucement descendait...

 

commentaires

Les mots du jour

Publié le 15 Mai 2021 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans Le fil des jours, ma muse

    Les mots du jour

 

Tout part d'un mot qui se serait posé par inadvertance sur le bout de ma langue, comme cela m'arrive souvent.

 

Nerveux, le mot s'agite tel le gardon frétille, et sans crier gare, enfle jusqu'à ce que sa démesure soudaine m'éclabousse en plein vol.

 

Un mot tout ce qu'il y a de plus banal, qui passe par hasard dans un coin où rien ne laisse présager de son utilité. Un mot tel bonjour ou bonsoir, ou encore pluie, neige, brouillard, garçon, fille, vie, rêve, nuage, fatras, colibri, cliché, peur, malice, désir, amour, toujours, tambour, arbre, tronc, creux...

 

Aujourd'hui, j'ai gambergé autour du mot squatteur avec beaucoup d'aisance. Tout semblait couler de source et s'enchaîner à merveille dans ma logorrhée débridée. Et puis, emportée dans le flot d'images qui s'amoncelaient dans ma caboche, doucement bringuebalée par la pluie qui tombait dehors sur le vert tendre du feuillage printanier, dans le gris du jour qui a perdu l'éclat de son heure, j'ai fini par fermer les yeux.

 

A mon réveil, j'avais tout oublié de la folle sarabande...

 

Aujourd'hui, le mot c'était foutoir.

 

commentaires
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>