Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Katie, à l'Ombre des Mots Songeurs

Poésie entre vie, couleurs et lumières, entre mes ratures et mes baz'Arts

Flotte au-dessus tout ira bien

Publié le 4 Avril 2019 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans Le fil des jours, ma muse

  Flotte au-dessus tout ira bien

 

Mes ailes de papillon prises dans le filet

le plus petit souffle suffirait

pour que dans ma peur de l'eau

noyée je retombe en poussières

cœur vrillé au creux des tourbillons

filant l'insolent vertige

lesté dans le torrent des larmes

de l'angoisse familière

 

commentaires

A midi c'était pizza solo

Publié le 3 Avril 2019 par Katie à l'ombre des mots songeurs

Moche car faite trop vite (il était tard et j'avais trop faim) mais si bonne pourtant, voici ma pizza solo de midi

 

Ma recette de la pâte pour deux pizzas (j'ai glissé la moitié de la pâte en boule au congélateur pour une prochaine fois)

 

  • 250 g de farine blanche

  • 12 cl d'eau tiède

  • 4 g de sel

  • 2 cuillères à soupe d'huile d'olive

  • 1/2 sachet de levure à pain

 

  • Ajouter dans la cuve du mixeur 250 g de farine, le sel, 2 càs d'huile d'olive et ½ sachet de levure à pain

  • Mettre en marche le mixeur pendant 2 minutes.

  • Laisser reposer la pâte 30 minutes.

  • Pour finir étaler à l'aide des mains la pâte sur une planche farinée

  • glisser la pâte sur une plat à pizza

  • Garnir comme on aime. Pour moi c'était sauce tomate (3 tomates congelées cet été, cuisinée avec huile d'olive et origan)

  • 2 tranches de jambon blanc

  • saupoudrer généreusement de gruyère râpé

  • quelques olives noires pour le goût et la déco

  • glisser à four chaud, th. 9 (270°) 5 à 7 min puis 10 min de plus th. 6/7

  • Miam !...

 

 

commentaires

Le jour se lève et l'aube à son cou

Publié le 1 Avril 2019 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans Le fil des jours, ma muse

 

  Le jour se lève et l'aube à son cou

 

Le jour se lève et l'aube à son cou

chargée de promesse et d'oubli

bat des cils chasse l'heure fantôme

 

L'instant est à la paix dans le monde

le silence de la nuit dans sa métamorphose

des soupirs hausse le ton

dans les fourrés dans les taillis

sous l'auvent de la maison assoupie

un chat repu de sa nuit fauve

d'un œil dort langue rentrée

 

Attisée par le nouveau soleil

qui lentement émerge de la vallée

dans le creux des arbres

à la croisée des branches

tendue comme des bras

la brise matinale navigue à vue

lève sa voile jusqu'au ciel tendre

qui entame et froisse l'horizon

 

Sous la paupière plissée de sommeil

le monde entier dans son regard en coin

un lilas nu grimpe jusqu'à l'Olympe

 

commentaires

Paul Eluard, deux poèmes

Publié le 29 Mars 2019 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans mes coups de coeur

Paul Eluard, Poète

Paul Eluard, Poète


La terre est bleue


La terre est bleue comme une orange
Jamais une erreur les mots ne mentent pas
Ils ne vous donnent plus à chanter
Au tour des baisers de s’entendre
Les fous et les amours
Elle sa bouche d’alliance
Tous les secrets tous les sourires
Et quels vêtements d’indulgence
À la croire toute nue.

Les guêpes fleurissent vert
L’aube se passe autour du cou
Un collier de fenêtres
Des ailes couvrent les feuilles
Tu as toutes les joies solaires
Tout le soleil sur la terre
Sur les chemins de ta beauté.

Paul ÉLUARD - Recueil "L'Amour la poésie" La terre est bleue

Je t’aime


Je t’aime pour toutes les femmes que je n’ai pas connues
Je t’aime pour tous les temps où je n’ai pas vécu
Pour l’odeur du grand large et l’odeur du pain chaud
Pour la neige qui fond pour les premières fleurs
Pour les animaux purs que l’homme n’effraie pas
Je t’aime pour aimer
Je t’aime pour toutes les femmes que je n’aime pas

Qui me reflète sinon toi-même je me vois si peu
Sans toi je ne vois rien qu’une étendue déserte
Entre autrefois et aujourd’hui
Il y a eu toutes ces morts que j’ai franchies sur de la paille
Je n’ai pas pu percer le mur de mon miroir
Il m’a fallu apprendre mot par mot la vie
Comme on oublie

Je t’aime pour ta sagesse qui n’est pas la mienne
Pour la santé
Je t’aime contre tout ce qui n’est qu’illusion
Pour ce cœur immortel que je ne détiens pas
Tu crois être le doute et tu n’es que raison
Tu es le grand soleil qui me monte à la tête
Quand je suis sûr de moi.

Paul ÉLUARD - Recueil "Le Phénix" (hommage à sa muse Dominique)

commentaires

Belle est la vie et perfide

Publié le 29 Mars 2019 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans L'histoire de Rature Rainbow

 

   Belle est la vie et perfide

 

Je n'aime pas cette idée que la vie est belle

simplement parce qu'elle ne tient qu'à un fil

peut-être que je l'accepterais mieux si ce fil cassait franc et net

car j'ai beaucoup de mal avec les fins cafouilleuses

 

Pourquoi faut-il rajouter au mystère la souffrance ?

pourquoi dois-je poser des questions indubitablement sans réponse ?

 

Ai-je l'outrecuidance de considérer l'être humain comme la créature suprême ?

une créature royale avec son agglomérat de cellules et de minéraux en tous genres

avec son droit absolu de ne jamais souffrir

jamais s'éteindre...

 

C'est le genre de question qui m'englue encore pire dans l'angoisse

 

Je le sais pourtant, je sais le gros bordel !

la malfaçon fait partie de la nature

l'homme étant un produit de la nature

normal que la maladie et les cataclysmes guettent

 

Je ne peux me résoudre à accepter le fait

- évident et vilain fait -

je ne peux me résoudre

le cœur en miettes tant c'est insoutenable

à ne pas être dieu le père tout puissant

celui qui sauve les siens et leur épargne les tempêtes

 

Comment faut-il penser pour penser mieux ?

 

J'ai bien tenté de ne plus penser du tout...

pas folichon !

le retour du bâton est magistral

 

Alors j'ai tenté la pensée raisonnée...

Oui, mais elle ne tient pas la route longtemps

dès le premier relâchement la Dame à la Faux

qui rôde mieux que personne dans les parages

resurgit de la peur et de son coin d'ombres

avec le sourire suave et assuré de celle qui sait

 

Je ne peux que me résoudre et subir

comme devant les imbéciles rois

pauvres d'eux qui se croient invulnérables

à baisser les bras

à baisser d'un ton

pour m'enfouir tête haute dans le sable

certaine d'une seule chose

le point final en boomerang

 

 

 

commentaires

Des pousses tendres habillent le ciel

Publié le 28 Mars 2019 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans Le fil des jours, ma muse

 

   Des pousses tendres habillent le ciel

 

Emmaillotée à fleur de peau

depuis ce jour froid où je suis née

triste et ardue avec mes rires infinis

ainsi chemine mon illicite fortune

à contre-pas du bon sens balisé

sur un sentier cru érodé de sel

qui troue mes poches vides

et brûle à jamais mes semelles

 

Derrière mes cicatrices rides lisses

hélas où rien de bien ne transparaît

dans le catimini des courbes

et des couleurs tendres du jour

le naïf estompe en douce ma peine

 

commentaires

Déroulé-boulé de Printemps

Publié le 26 Mars 2019 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans Le fil des jours, ma muse

   Déroulé-boulé de printemps

 

Redessinée par le printemps

dans une houle de douceur

la nature m'arrondit

ses lignes enrobent mes couleurs

gonflent mes flancs

m'habillent de verts tendres

cachant aux regards curieux

le chagrin d'un oiseau de passage

 

commentaires

Un dimanche à la campagne

Publié le 25 Mars 2019 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans instantanés

- Vue sur le pigeonnier -

- Un coin d'herbe sous une trouée de soleil -

- La pervenche penchée sous le buis -

- Sur le pas de la porte, où l'on s'en va et l'on revient -

 - Le houx luisant et piquant poussé là par hasard -

- la ferme loin en-bas -

- Vue par là d'où l'on vient, la route qui se devine tout en haut de la colline -

Et mes deux nouveaux copains, j'ai nommé Roussel et Lucifer, deux chats inséparables, un couple d'enfer !

Ils sont venus à ma découverte sans chichi, sans tralala, prêts à toutes les facéties pour me plaire. Ils m'ont tourné autour toute l'après-midi, ne me lâchant pas d'une semelle, au point qu'il a fallu vérifier à deux fois qu'ils avaient déguerpi de la maison avant qu'on ne ferme les portes jusqu'au prochain week-end.

Mais la vie des chats dans la campagne aveyronnaise et de courte durée, pas sûr que je les retrouve à mon retour...

 

commentaires

Déchirure en dentelle

Publié le 23 Mars 2019 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans L'histoire de Rature Rainbow

  Déchirure en dentelle

 

Des trains filant à vive allure dans la nuit

de gare grise en gare sale

entre des tunnels étouffants

des fumées âcres et la peur infâme

ont happé mon premier lopin de ciel

 

Sur un quai là-bas j'ai laissé

ma vie à peine qui commençait

les regards des miens débordant d'amour

des acquis perdus pour toujours

les caresses à tâtons maladroits

la divine douceur naissante

un trésor de tendresse immense

des manques à jamais intarissables

gouffres sans fond effroyables

condamnée aux larmes assoiffées de miel

mon cœur minot frappé en plein éveil

ma terre natale descendue en flammes

mes rêves en terre étrange éparpillés

 

commentaires

Une parole d'homme

Publié le 23 Mars 2019 par Katie à l'ombre des mots songeurs dans À fleur de pensée

Un saule au soleil naissant

Un saule au soleil naissant

Je suis un homme comme tant d’autres qui est en train de vivre son expérience, un homme qui regarde autour de lui les choses avec humilité, respect, curiosité ingénue et surtout avec amour. De cet amour naissent la tendresse et la pitié que je ressens pour toutes les créatures que je rencontre. Je ne suis pas pessimiste et je ne veux pas l’être, mais ma prédilection va vers ceux qui souffrent le plus, qui sont victimes de la méchanceté, de l’injustice et du mensonge. 

Federico Fellini

Le mahonia, mi-houx, mi-mimosa

Le mahonia, mi-houx, mi-mimosa

Banc pour bains de soleil

Banc pour bains de soleil

commentaires
<< < 10 20 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 50 60 70 > >>